• back
  • 4.5.1-CONTRATS À TERME FERME SUR COTON

  • header fr 
  • Contrats à terme ferme sur coton

    Chapitre 4 - Négoce du coton -La place de marché du coton, anciennement NYBOT et   

     
     
    L’apparition du bateau à vapeur a révolutionné le négoce du coton. Dès lors que l’information pu circuler plus rapidement par bateau à vapeur avant la marchandise qui suivait sur bateau à voile, la négociation des prix du coton est devenue plus complexe et spéculative. Les contrats à terme ferme portant sur la livraison escomptée de coton encore à quai de l’autre côté de l’Atlantique ont commencé à remplacer les transactions immédiates sur du coton arrivant au port.

    À partir de là, le prix du coton a été fixé principalement sur la base des informations relatives au marché qui circulaient, et non plus sur la base du coton débarqué au port. Qui plus est, l’installation du câble transatlantique et l’utilisation du télégraphe ont permis d’obtenir instantanément les informations sur le marché de part et d’autres de l’Atlantique (New York et Liverpool), et ont multiplié les contrats à terme ferme sur le coton. Avec l’augmentation du nombre de contrats à terme ferme et l’importance croissante des informations sur le marché, il est apparu nécessaire d’ordonner quelque peu le processus et c’est ainsi qu’à été créée la bourse à terme du coton – un lieu où l’on trouve des informations sur le marché, où peuvent avoir lieu achats et ventes concurrentiels, et où le risque peut être déplacé, le tout de manière ordonnée.

    Le négoce de contrats à terme a débuté de l’autre côté de l’Atlantique en 1870, à New York plus précisément, car les négociants en coton ne parvenaient plus à se mettre d’accord sur la question de savoir qui devrait assumer le risque de prix inhérent aux contrats à terme ferme pendant les six semaines de traversée de l’Atlantique par le coton.

    Le 20 juillet 1870, 106 négociants et collecteurs d’ordre sur coton signèrent un accord visant à créer un marché organisé sur lequel l’achat, la vente et (plus important) la fixation du prix du coton pourraient être quelque peu ordonnés. C’est ainsi que fut inaugurée la New York Cotton Exchange (NYCE) le 10 septembre 1870. La NYCE s’est rapidement développée pour devenir une place de marché à terme des plus visibles et liquides. L’ajout d’options à terme sur coton en 1984 a réaffirmé le rôle clé de la NYCE. En 1998, la NYCE a fusionné avec la Coffee, Sugar and Cocoa Exchange, Inc (CSCE, bourse du café, du sucre et du cacao), pour devenir le New York Board of Trade® (NYBOT®). Suite aux tragiques événements du 11 septembre 2001, le NYBOT a perdu son centre du 4 World Trade Center à Manhattan, et il a rejoint la New York Mercantile Exchange (NYMEX) et la Commodities Exchange (COMEX) dans un nouveau bâtiment de Manhattan. La NYCE (NYBOT) présente la particularité d’être la plus ancienne bourse de marchandises de New York. Elle est aussi la plus ancienne bourse de coton fonctionnant en continu au monde.

    Le risque de prix a toujours été une des caractéristiques centrales de l’industrie du coton. La nécessité de disposer d’un système de recherche du prix transparent et efficace et de transfert du risque de prix a fait des contrats à terme et des options sur coton des instruments essentiels de gestion du risque pour tous ceux qui cultivent, négocient, et travaillent le coton ainsi que pour tous ceux qui sont associés à la fabrication et à la vente de produits à base de coton, et le NYBOT reste la première place de marché pour les contrats à terme et options sur coton, et le principal mécanisme de fixation des prix du coton pour la filière cotonnière internationale.