• header fr 
  • Couleur

    Chapitre 2 - Ajout de valeur au coton -Incidence des propriétés de la fibre de coton sur les...  

     
     
    Le coton est généralement blanc lorsque la capsule s’ouvre, mais l’exposition continue aux intempéries et aux micro-organismes peut lui faire perdre sa brillance et l’assombrir. Le coton peut aussi être décoloré ou tacheté par les insectes, les champignons, les maladies des plantes et les sols maculés, ou sous l’effet du gel ou de la sécheresse. Les sucres réducteurs et le stockage à l’humidité peuvent aussi provoquer un jaunissement.

    Si la couleur n’a guère d’incidence sur la transformation, elle affecte l’affinité tinctoriale et le finissage. Le blanchiment permet souvent d’atténuer, voire d’éliminer, les différences dans le coton brut. Les différences de couleur après blanchiment n’impliquent pas nécessairement des différences de couleur après teinture.

    Il est important de mesurer non seulement la couleur moyenne, mais aussi la variabilité de la couleur, y compris les taches, étant donné qu’elle peut avoir une incidence sur les performances à la transformation et à la teinture, ainsi que sur l’aspect du tissu. La mesure de la couleur est généralement instrumentale et vise à déterminer l’indice de gris, la réflectance ou la brillance (Rd) et l’indice de jaune (+b), bien que l’on s’oriente vers des valeurs CIE. La charge affecte les valeurs mesurées. Généralement, +b équivaut environ à 9,0 et Rd 75%.