• back
  • 1.3.2-INFLUENCE DU FACTEUR TEMPS SUR LES PRIX

  • header fr 
  • Influence du facteur temps sur les prix

    Chapitre 1 - Le marché mondial du coton - Prix du coton  

     
     
    Comme dit le dicton : «Le temps c’est de l’argent». Dans le monde du coton, le coût moyen de stockage d’une livre de coton égrené pendant un mois (qui comprend les frais de stockage, d’assurance et les charges d’intérêts) s’établit entre 0,5 cents et 2 cents. Cette somme varie substantiellement d’un pays à l’autre en fonction des taux d’intérêts, des coûts de stockage et de l’assurance. Les pays qui affichent des taux d’intérêts élevés présentent logiquement des coûts de stockage élevés du fait du revenu perdu sur les recettes qui ne peuvent être déposées en banque. Par conséquence, pour obtenir le même revenu, le vendeur d’une balle devra facturer plus cher une vente dans plusieurs mois qu’une vente à livraison rapide. Dans certains pays, le coût de l’entreposage du coton est considéré comme un coût non récupérable ou fixe, et le stockage n’est pas facturé,mais dans d’autres pays, le stockage est facturé sur une base mensuelle. De la même manière, il est possible de contracter une assurance dans certains pays mais pas dans d’autres, et les risques de vol, d’incendie, d’inondation ou d’autres dommages sont plus importants dans certaines régions que dans d’autres. C’est la raison pour laquelle le coût de l’assurance peut varier selon le lieu. Par conséquent, le prix d’une balle de coton à un endroit donné peut considérablement varier selon que la livraison est immédiate ou différée.

    Vente et achat au comptant (spot)

    Dans lemonde entier, les achats ou les ventes les plus courants sont probablement les achats et les ventes au comptant ou spot pour livraison immédiate. L’essentiel du coton graine est vendu par les producteurs comptant à la livraison. Cependant, dans de nombreux pays en développement, les prix sont fixés avant la récolte, et les producteurs sont payés des mois après la récolte, mais le prix reste fixé sur la base d’une livraison à la récolte. De la même manière, nombre d’usines textiles fixent le prix à payer sur la base d’une livraison immédiate, avec parfois un paiement différé en fonction des conditions négociées avec les vendeurs.

    Vente et achat à terme à prix fixé

    Les ventes physiques à terme à prix fixé (ferme) impliquent des engagements de livrer ou de prendre livraison du coton dans l’avenir à un prix déterminé aujourd’hui. Les producteurs sont souvent en mesure de vendre avant la récolte, parfois grâce au préfinancement des intrants accordé par les acheteurs. Les usines textiles peuvent organiser la livraison du coton dans l’avenir, en fixant les prix au moment de la négociation.

    Vente et achat à prix ouvert (on call)

    Il existe un autre type de transaction couramment utilisé sur les marchés qui permettent d’utiliser le contrat à terme sur coton ICE Futures U.S., à savoir d’acheter ou de vendre à prix ouvert. Dans ce cas là, le vendeur négocie la différence entre le prix au comptant et le prix à terme («la base») avec l’acheteur, étant entendu que le vendeur peut appeler l’acheteur à tout moment avant l’expiration d’une échéance mensuelle donnée du marché à terme et fixer le prix comptant sur la base du prix à terme coté aumoment de l’appel téléphonique.De la même manière, un acheteur peut «appeler» le vendeur pour fixer le prix effectif du coton livré sur la base du prix à terme coté aumoment de l’appel téléphonique. Les transactions à prix ouvert permettent aux acheteurs et aux vendeurs d’éliminer le risque que les prix au comptant sur un marché local évoluent différemment des prix à terme pour le coton américain livré aux États-Unis, et ainsi améliorer l’efficacité du contrat à terme en tant qu’instrument de couverture.

    Groupements de commercialisation (marketing pools)

    Au cours des 20 dernières années, le recours à des groupements de commercialisation, de type coopératif, s’est considérablement développé. Les groupements de commercialisation sont généralement gérés par des coopératives d’agriculteurs, mais ils sont aussi une option de commercialisation qu’offrent parfois les égreneurs et les négociants. Les producteurs confient tout ou partie de leur coton brut aux gestionnaires du groupement de commercialisation. Ceux-ci vendent le coton provenant du groupement et chaque producteur perçoit un prix moyen pour la campagne, ajusté en fonction de la qualité livrée. Il existe des groupements de commercialisation aux États-Unis, au Brésil, en Argentine, en Colombie, en Grèce, en Israël, en Australie et dans d’autres pays où les producteurs vendent le coton fibre égrené au lieu du coton graine. En 2006, de l’ordre de 40% du coton américain ont été vendus par le biais de groupements de commercialisation de différentes formes, y compris ceux gérés par des coopératives d’agriculteurs, ainsi que les groupements de négociants privés agissant sous contrat pour un groupe d’agriculteurs d’une région donnée.

    Les groupements de commercialisation sont populaires parce qu’ils offrent des économies d’échelle substantielles pour la commercialisation. Un groupement de commercialisation représentant plusieurs centaines de milliers de balles de coton peut se permettre de s’attacher les services de gestionnaires professionnels spécialisés dans la commercialisation du coton. Ils peuvent aussi personnaliser les ventes et les livraisons, en fonction des préférences de qualité et d’expédition de chaque usine textile. À l’inverse, un producteur seul ne disposant que d’une petite quantité de coton à vendre ne peut se permettre d’engager un professionnel de la commercialisation et ne peut pas facilement satisfaire les exigences de qualité et de calendrier de livraison des usines textiles. Les groupements de commercialisation ont aussi l’avantage de protéger dans une certaine mesure contre le risque de prix, étant donné que chaque producteur perçoit le prix moyen accordé à l’ensemble du groupement et n’a pas à s’inquiéter de savoir si son coton à lui a été vendu lorsque le prix du marché était au plus bas. En confiant le coton à un responsable de la commercialisation, le producteur est alors libre de se concentrer sur la production.