• back
  • 6.5.5-LE MARCHÉ INTÉRIEUR : ASPECTS MICRO-ÉCONOMIQUES

  • header fr 
  • Le marché intérieur : aspects micro-économiques

    Chapitre 6 - Profils de marchés - Pakistan    

     
     

    Les intervenants sur le marché

    Le marché du coton pakistanais rassemble:

    • Des cotonculteurs;
    • Des maisons de courtage;
    • Des égreneurs;
    • La Karachi Cotton Association (K.C.A.), société de négoce;
    • La Trading Corporation of Pakistan (organisme du secteur public), exportatrice d’excédents de coton brut;
    • Des agents;
    • Des filatures et des unités mixtes.

    La vente de coton graine et de fibre de coton passe par les agents et les maisons de courtage. L’égrenage est réalisé pour préserver la qualité de la fibre et la pureté de la graine pour la culture. La Karachi Cotton Association est la seule société de négoce enregistrée auprès du gouvernement. Ses membres travaillent entre eux par le biais de courtiers sous licence.

    Le coton peut être librement échangé (importation/exportation) depuis 1994/95. L’intervention du gouvernement est parfois nécessaire pour préserver les intérêts des cotonculteurs. Il passe donc par la Trading Corporation of Pakistan dont le rôle consiste à stabiliser les prix en achetant du coton fibre à un niveau de prix équivalent au coton graine (garanti par le gouvernement) lorsque le prix du coton graine passe en dessous du seuil d’intervention. Ce coton est vendu sur le marché local ou exporté sur la base d’appels d’offre. La Corporation a aussi un rôle de développement.

    Achats de coton


    Le coton est essentiellement importé par le truchement de négociants internationaux ayant des agents au Pakistan. Ces agents sont responsables de l’exécution des contrats, y compris de la négociation du prix et de la conclusion des contrats.

    Contrats sur coton spécifiques utilisés sur le marché

    Aucun type de contrat spécifique n’est utilisé pour les transactions commerciales. L’achat et la vente au niveau local reposent sur des contrats verbaux. La Trading Corporation of Pakistan (organisme public) utilise néanmoins pour sa part des contrats écrits. En ce qui concerne les exportations, jusqu’en 1992/93 les règles de la Liverpool Cotton Association (LCA, aujourd’hui ICA) s’appliquaient pour l’arbitrage en cas de litige entre l’acheteur et l’exportateur. En 1992/93 la production a été insuffisante au Pakistan et le gouvernement a suspendu les envois. Mais l’ICA s’est prononcée en faveur des acheteurs. La Trading Corporation of Pakistan, n’obtenant pas gain de cause auprès de l’ICA, a interjeté appel auprès d’un tribunal local et l’affaire est à présent devant la justice.

    Financement du coton et prescriptions relatives au paiement


    Les achats de coton sont financés par les banques commerciales dans le respect de la limite de crédit des acheteurs. Le paiement aux égreneurs est effectué par traite bancaire. Dans certains cas, une lettre de crédit locale est ouverte.

    Préférences des consommateurs pour certains types de fibres et mélanges

    Les exigences en matière de fibres diffèrent selon les usines en fonction des modes de production, de la demande locale et internationale, et de l’équipement textile. Le coton produit à l’échelle locale, dont la longueur de fibre va jusqu’à 30 mm, est utilisé pour la production de fil de titrage allant jusqu’à 40. Pour les titrages supérieurs, du coton à soie longue et extra longe (ELS) est importé. D’autres caractéristiques telles la couleur, le micronaire, la résistance et le grade constituent des facteurs de choix importants. La priorité première est d’obtenir du coton exempt de contamination.