• back
  • 4.5.3-LES FONDAMENTAUX DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE DE COTON

  • header fr 
  • Les fondamentaux de l’offre et de la demande de coton

    Chapitre 4 - Négoce du coton -La place de marché du coton, anciennement NYBOT et...    

     
     
    Contrairement à d’autres produits de base qui dépendent davantage du terrain et du climat, tels le cacao et le café, le coton peut pour ainsi dire être cultivé n’importe où, pour autant que deux conditions soient réunies: 200 jours sans gelées et un approvisionnement suffisant en eau. Si le coton est relativement facile à cultiver, son grade peut considérablement varier. En d’autres termes, la qualité du coton cultivé ainsi que la disponibilité et l’intérêt de chaque grade deviennent des facteurs de poids dans la fixation du prix du côté de la demande. L’évaluation du grade du coton (de grossier à supérieur) est une considération économique fondamentale pour l’utilisateur final. Le coton grossier peut être utilisé, par exemple, pour produire du denim, alors que le coton de qualité supérieure est nécessaire pour fabriquer draps et chemises. Le marché ne cesse de changer, préfère différentes origines dans des pays différents en fonction des conditions de culture et du type de coton adapté à la région.

    La côté rustique du cotonnier en a fait une culture de rapport commune dans de nombreux pays développés et en développement. Dans certains pays en développement, le coton représente plus de la moitié du produit intérieur brut (PIB). Comme dans le cas du sucre, presque tous les pays du monde utilisent du coton sous une forme ou sous une autre. La facilité avec laquelle il est possible de cultiver le coton, la variété presque infinie de produits à base de coton, et sa vulnérabilité face aux événements naturels ou provoqués par l’homme font monter les enjeux pour le coton et lui promettent un bel avenir dans l’économie mondiale. La place de premier ordre qu’occupe le coton dans l’économie et l’incidence des prix du coton expliquent le rôle significatif des Bourses à terme sur le coton.

    La fibre de coton brut présente certaines caractéristiques qualitatives et quantitatives qui peuvent être normalisées, ce qui en fait une marchandise parfaitement adaptée au marché à terme. Le succès d’un marché à terme passe aussi par le nombre de participants ayant des objectifs concurrents en terme de prix et est subordonné à des événements incontrôlables et imprévisibles tels les sécheresses ou les inondations, des phénomènes qui créent des chocs de prix et exposent donc le secteur, à tous les échelons, au risque de prix. Le coton possède toutes ces caractéristiques, et quelques autres qui lui sont propres. L’évolution du prix du coton dans le temps atteste de l’omniprésence du risque de prix.

    Les marchés à terme et d’options de l’ICE offrent aux gestionnaires des risques une large palette de stratégies de couverture. Le gestionnaire des risques performant procédera à une évaluation attentive des objectifs commerciaux, des conditions du marché et des instruments de couverture disponibles. Chaque contrat présente des avantages différents pour le gestionnaire des risques.

    La couverture à terme présente l’avantage de bloquer le prix. Un dépôt de garantie doit certes être versé pour maintenir la position ouverte à terme, mais la couverture à terme permet aux opérateurs en couverture de fixer des objectifs de prix déterminés. Le dépôt de garantie ne représente qu’un petit pourcentage de la valeur totale du contrat et constitue un dépôt “de bonne foi” qui garantit que l’opérateur en couverture s’acquittera de ses obligations au quotidien si le marché évolue en sa défaveur. Les opérateurs en couverture peuvent être appelés à verser davantage au titre du dépôt de garantie pour maintenir le compte à un niveau minimum en cas d’évolution défavorable des prix. Ils ont aussi quotidiennement accès aux bénéfices encaissés si le marché leur est favorable.

    La couverture par options à terme permet de fixer un prix plafond ou plancher tout en permettant aux opérateurs en couverture de tirer parti de l’évolution favorable du marché au comptant. Les acheteurs d’options doivent acquitter l’intégralité de la prime à l’achat de l’option. Les pertes sont possibles à concurrence du montant de la prime. Les contrats à terme offre donc davantage de certitude, les options une plus grande souplesse. La Bourse offre aussi d’autres possibilités de couverture.

    Autres opérations de couverture

    Conversion terme-comptant

    Certains opérateurs en couverture optent pour les opérations de conversion terme-comptant (exchange of futures for physicals – EFP) pour limiter le risque de base. La conversion terme-comptant est une opération normalisée qui permet à l’acheteur et au vendeur de coton de combiner la transaction sur le marché au comptant à une opération de couverture à terme. L’accord permet aux deux parties de fonder le prix au comptant sur le prix à terme, plus ou moins un différentiel. Le prix net au comptant est fixé sur le marché à terme par le biais de contrats à terme. La conversion terme-comptant permet à l’acheteur et au vendeur de fixer le prix indépendamment l’un de l’autre.

    Pour commencer, l’acheteur et le vendeur conviennent d’un prix d’échéance à terme comme prix de référence, plus ou moins le différentiel choisi. Ensuite, l’acheteur et le vendeur déterminent une position à terme et fixent ainsi le prix effectif. Dans un troisième temps, l’acheteur et le vendeur réalisent en Bourse une opération de conversion terme-comptant. À ce stade, les collecteurs d’ordre de l’acheteur et du vendeur clôturent les positions de leurs donneurs d’ordre au même prix courant du marché, lequel devient le prix de facture de la marchandise à livrer (plus ou moins le différentiel). Le coton est alors livré à ce prix.

    Échange contre des swaps

    L’échange contre des swaps (exchange for swaps – EFS) permet aux intervenants sur le marché d’échanger des contrats à terme contre des accords “swap”. Un swap est un arrangement contractuel au titre duquel deux parties conviennent de versements périodiques mutuels. Les accords swap sont conçus sur mesure pour les parties concernées. Dans le cadre d’un swap sur marchandises, une partie paye un taux flottant pour une marchandise et l’autre paye un taux fixe pour la même marchandise. La marchandise n’est pas réellement échangée. Les paiements sont limités à la différence entre le taux flottant et le taux fixe. En fait, une partie paye un taux convenu alors que la deuxième assume un certain risque de prix.

    Options sur différentiels (spreads)

    Les contrats d’options sur différentiels à terme (options on futures spreads – OFS) sont relativement nouveaux. Étant donné que les contrats à terme différents se négocient à des prix différents (les mois les plus éloignés s’accompagnant de “frais de tenue” carrying charges), les intervenants sur le marché peuvent souhaiter détenir des positions sur “différentiel”, à savoir acheter/vendre des contrats sur deux mois d’échéance différents. Là où un contrat d’option ordinaire confère à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, de conclure une position à terme à un niveau de prix prédéterminé, le contrat d’option sur différentiels confère à l’acheteur le droit, mais pas l’obligation, de conclure une position sur différentiel à un prix différentiel prédéterminé entre les deux mois d’échéance à terme.

    Un contrat d’option sur différentiel avec option d’achat donne à l’acheteur le droit de conclure une position sur différentiel longue pour le premier contrat à terme et courte pour le deuxième contrat à terme. Le prix d’exercice de l’option d’achat est la différence entre les prix des deux contrats à terme. De la même manière, un contrat d’option sur différentiel avec option de vente donne à l’acheteur le droit de conclure une position sur différentiel courte pour le premier contrat à terme et longue pour le deuxième contrat à terme. Comme dans le cas de l’option d’achat, le prix d’exercice de l’option de vente est la différence entre les prix des deux contrats à terme.

    L’ICE offre différents environnements et instruments de négociation : marché à la criée traditionnel dans la salle des marchés de l’ICE à Manhattan; ou négoce électronique sur la plateforme de l’ICE. Les données sur les prix sont diffusées par les marchands traditionnels. Des données et des instruments analytiques sont disponibles sur Internet à l’adresse www.NYBOTLive.com – le service d’information en temps réel de la Bourse. Pour de plus amples informations sur les nombreuses stratégies offertes par l’ICE, consulter le site www.theICE.com ou contacter la Bourse directement.