• back
  • 2.4.2-MESURES À PRENDRE POUR MINIMISER LA CONTAMINATION

  • header fr 
  • Mesures à prendre pour minimiser la contamination

    Chapitre 2 - Ajout de valeur au coton -Contaminants étrangers du coton  

     
     

    Le problème de la contamination doit être abordé aux stades de la culture, de la récolte et de l’égrenage du coton. Pour cela, il est nécessaire de bien comprendre la nature et l’ampleur de la contamination dans les différentes origines de coton. Il est également nécessaire d’identifier les contaminants les plus difficiles à supprimer même à l’aide de gadgets électroniques installés dans le système d’égrenage.

    En outre, il est nécessaire de déterminer le niveau de seuil de ces contaminants dans le coton brut – le niveau auquel le filateur sera tranquille. Des mesures préventives peuvent être prises aux stades de la culture, de la récolte, de l’égrenage et de la mise en balle du coton afin de minimiser la contamination dans les balles de coton brut et s’assurer que les contaminants ne dépassent pas le niveau de seuil fixé.

    Nettoyage manuel des contaminants à PT Apac, Indonésie

    Une grande filature indonésienne, PT Apac Inti Corpora, a rassemblé des données très complètes sur la nature et l’ampleur de la contamination dans différentes origines de coton, et ce sur la base des contaminants retirés de manière systématique dans plus de 260 000 tonnes de coton en l’espace de huit ans.

    Cette entreprise consomme de grandes quantités de coton brut (entre 125 et 130 tonnes par jour), importé de différents pays, pour produire des fils 100% coton et des mélanges, des tissus écrus et du denim. Elle a commencé à nettoyer le coton brut manuellement pour le débarrasser des contaminants et minimiser les réclamations des clients. Quelque 100 tonnes de cotons différents utilisés pour la filature à anneaux sont nettoyées manuellement chaque jour par une armée de petites mains et les contaminants ainsi collectés sont analysés.

    Les chaînes de nettoyage manuel sont conçues par PT Apac de manière à détecter aisément le plus petit contaminant dans les balles de coton brut. Les opérateurs associés au nettoyage manuel disposent d’un siège confortable, d’une bonne table et d’un éclairage de qualité. Une partie de la table est équipée d’un grillage pour débarrasser le coton de sa poussière, et d’une surface blanche lisse permettant de détecter les contaminants de couleur. Jusqu’à 40 opérateurs travaillent sur chaque chaîne, un tapis roulant circulant entre deux rangées de tables (voir les figures 2.20 à 2.25).

    Les opérateurs prélèvent sur les balles chaque petite touffe de coton, l’ouvre manuellement et part à la recherche des contaminants. Les contaminants détectés sont dûment écartés dans des sacs à déchets et le coton nettoyé est placé sur le tapis roulant. Le polypropylène blanc, l’huile, les points brillants, les champignons, etc. sont détectés sous lampe UV au bout du tapis roulant. Le coton ainsi nettoyé est reconstitué en balles, enveloppé dans un emballage de coton, libellé (identification du lot, type, etc.) et stocké.


    2.4.1 fr
     2.4.1 fr2 2.4.1 fr3 2.4.1 fr4 2.4.1 fr52.4.1 fr6 

     

    Le principal avantage de ce nettoyage manuel est son efficacité, il permet en effet de retirer entre 98% et 99% des contaminants. Parmi les autres avantages offerts peuvent être cités : un très bon mélange, une bonne ouverture, moins de dommages pour les fibres, un retrait efficace du sable et de la poussière, une diminution du collage, une diminution de la charge pour les purgeurs électroniques à l’embobinage et une plus grande efficacité à l’embobinage, des informations précises sur la nature et l’ampleur de la contamination dans les expéditions de coton et, enfin, un réel retour d’information aux fournisseurs de coton.