• back
  • 4.9-NÉGOCE DE COTON PHYSIQUE À UN PRIX À FIXER (PTBF)

  • header fr 
  • Négoce de coton physique à un prix à fixer (PTBF)

    Chapitre 4 - Négoce du coton -Négoce de coton physique à un prix à fixer  

     
     

    Les ventes à terme ferme de coton physique à un prix ferme sont le moyen le plus direct de gérer le risque de prix dans le cadre de la commercialisation. Le volume de coton à récolter est plus ou moins connu, les prix sont satisfaisants, et les acheteurs ont suffisamment confiance en le vendeur pour s’engager à terme. Cette situation est certes idéale, mais rare de nos jours. Et lorsque les prix sont très bas, les contrats à livraison différée à prix ferme ne présentent d’intérêt que pour l’acheteur. Lorsque les perspectives sont très incertaines, nombre d’opérateurs et de filateurs hésitent à acheter du coton physique entièrement à terme ferme. Un système a donc été conçu à l’échelle internationale, qui permet de vendre le coton sans en préciser le prix, en d’autres termes de le vendre à un prix à fixer (PTBF) par rapport au marché à terme (ou à l’Indice A de Cotlook). Un mois de livraison est choisi sur le marché à terme, et son prix à un moment donné déterminera le prix du contrat d’effectif. Si la qualité de l’effectif est supérieure ou inférieure à la qualité sur laquelle repose le contrat à terme, la clause de prix pourra, par exemple, se lire comme suit : “décembre plus (ou moins) 3 cents la livre” – le 3 représentant le différentiel (ou base).

    Le contrat représente un engagement ferme de livrer et d’accepter une quantité de coton physique d’une qualité connue et à des conditions convenues. Ces conditions se fondent sur la cotation pour le mois de livraison choisi sur le marché à terme au moment de la fixation, plus ou moins le différentiel convenu. Pour l’acheteur et le vendeur, cette opération à l’avantage de leur donner à chacun un contrat sur coton physique, mais que le prix reste ouvert. Le différentiel qui sera acquitté par l’acheteur par rapport à la (ou aux) position(s) sousjacente(s) à terme est déterminé dans le cadre de la vente PTBF, mais le risque de prix général et le choix du moment de la fixation restent entièrement ouverts. En d’autres termes, la vente PTBF ne signifie pas que le vendeur a pris une décision quant au prix – elle n’interviendra qu’une fois qu’il le fixera.

    Le vendeur et l’acheteur ont donc à présent dissocié la décision de vendre/acheter du coton physique de la décision financière de fixer le prix du coton en question, décision qu’ils préfèrent reporter. Cet arrangement offre une certaine marge de manoeuvre tant à l’acheteur qu’au vendeur. L’obligation de livrer et d’accepter de l’effectif existe bel et bien mais, comme le prix reste à fixer, les deux parties peuvent continuer à jouer sur l’évolution du marché. Le producteur devrait se rendre compte qu’ils ont uniquement assuré le différentiel du marché et qu’ils restent exposés au risque de prix jusqu’à ce que l’instruction soit donnée de fixer le prix. Ils ont toutefois trouvé preneur pour leur coton physique, ce qui leur permet d’anticiper et d’organiser le contrôle qualité, la livraison et l’expédition.

    Contrats à prix à fixer par le vendeur 

    • Ils ont généralement pour objectif de permettre au vendeur de fixer le prix avant le premier jour de notification (first notice day) pour le contrat à terme en question.
    • Ils permettent au vendeur de demander à l’acheteur de fixer le prix du contrat sur la base du cours à terme en vigueur à ce moment là (le vendeur n’a donc pas besoin d’avoir un compte d’opérations à terme).

    Contrats à prix à fixer par l’acheteur 

    • Ils permettent parfois à l’acheteur de fixer le prix à tout moment avant la livraison de la marchandise, mais habituellement avant le premier jour de notification du contrat à terme en question.
    • Ils permettent à l’acheteur de demander au vendeur de fixer le prix du contrat sur la base du cours à terme en vigueur à ce moment là (l’acheteur n’a donc pas besoin d’avoir un compte d’opérations à terme).