• back
  • 6.3.2-OFFRE ET DEMANDE SUR LE MARCHÉ INTÉRIEUR

  • header fr 
  • Offre et demande sur le marché intérieur

    Chapitre 6 - Profils de marchés - Inde

     
     

    Les cotonculteurs vendent leurs produits sur des marchés dans le cadre d’un système ouvert d’enchères et d’offres reposant sur les pratiques en vigueur sur les différents marchés. Les principaux acheteurs sont des égreneurs locaux, des négociants et des commissionnaires, ainsi que des organismes publics tels la Cotton Corporation of India (CCI). Les producteurs sont libres de vendre leurs produits aux acheteurs susmentionnés, voire de ne pas vendre s’ils estiment que les prix sont trop bas. Le coton arrive d’octobre à avril/mai, avec un pic de décembre à février. La période de juin à septembre est une période creuse.

    La demande de coton par l’industrie textile nationale est déterminante pour la stabilité des prix. La plupart des usines planifient leurs achats en fonction des différentes variétés de coton qu’elles doivent se procurer de diverses régions productrices. Si les acheteurs progressistes et riches peuvent se lancer dans une frénésie d’achats si les conditions du marché sont favorables, les usines plus modestes s’approvisionnent à court terme. La demande des usines se concentre normalement au milieu de la saison et diminue pendant la saison creuse.

    Exigences particulières de qualité de l’industrie textile nationale

    L’Inde est le plus gros exportateur de fil de coton au monde, avec 23% des échanges commerciaux mondiaux. Les usines indiennes ont besoin de coton ELS pour produire des filés super fins de titre 60 et plus. La confection et les autres articles textiles exigent aussi des tissus fabriqués à partir de coton ELS. La production de coton ELS de l’Inde n’est de loin pas suffisante pour répondre aux besoins des usines textiles locales.

    Évolution des importations ces dernières années

    Durant la période 1999/00 à 2002/03, l’Inde a beaucoup importé de coton, principalement pour des considérations financières. Les prix internationaux ont plongé en 1999/00, atteignant leur niveau le plus bas depuis 30 ans. Outre les importations motivées par le prix, la production nationale de coton n’était pas encourageante et les prix intérieurs étaient donc beaucoup plus élevés que les prix internationaux.

    Avec l’amélioration significative de la production de coton ces dernières années, les tendances en matière d’importation et d’exportation se sont considérablement modifiées Même une fois la demande croissante de l’industrie textile nationale, du coton reste disponible à l’exportation et, dans le même temps, il n’y a pas d’importation pour des considérations purement financières. Les importations enregistrées concernent des qualités particulières de coton ELS destinés à compenser l’offre insuffisante sur le marché intérieur.

    Analyse de la structure tarifaire à l’importation

    Le taux de droit appliqué (à la date de juillet 2006) sur le coton relevant de la ligne tarifaire 5201 : Coton non cardé ni peigné, est de 10%. Le taux de droit d’importation effectif, y compris le droit compensateur spécial (DCS) et la contribution à l’éducation (Education Cess) est de 14,8%. L’exemple ci-dessous montre comment le droit est calculé pour le coton brut importé.

     

    (I) Prix CIF du coton importé
    $E.-U. 100,00
    (ii) Frais de débarquement (@ 1% de CIF)
    $E.-U. 1,00
    (iii) Coût débarqué ou valeur imposable [i) + ii)]
    $E.-U. 101,00
    (iv) Droit de douane de base @ 10% de iii)
    $E.-U. 10,10
    (v) DCS @ 4% de [iii) + iv)]
    $E.-U. 4,44
    (vi) Contribution à l’éducation @ 2% de [iv) + v)]
    $E.-U. 0,29
    (vii) Taux effectif [iv) + v) + vi)]
    $E.-U. 14,83
    (viii) Prix d’importation final [i) + ii) + vii)]
    $E.-U. 115,83


    Le coton importé d’Afrique ne bénéficie actuellement d’aucun traitement tarifaire préférentiel.