• back
  • 1.1.3- PERSPECTIVE AFRICAINE

  • header fr 
  • Perspective africaine

    Chapitre 1 - Le marché mondial du coton - Généralités

     
     

    En Afrique, la production de coton est passée de 1,3 millions de tonnes en 1990/91 à 1,8 millions de tonnes en 1997/98, mais les bas prix du coton ont découragé les cotonculteurs africains d’accroître leur production les années suivantes. La production africaine s’est élevée à 2 millions de tonnes en 2004/05 mais a chuté en 2006/07 pour tomber à 1,6 millions. Les pays francophones d’Afrique de l’ouest et centrale ont produit 870 000 tonnes en 2006/07, soit 54% de la production du continent.


    L’ensemble de la production africaine de coton a augmenté de 3% par an entre 1994/95 et 2005/06, après avoir stagné pendant les années 80 et au début des années 90. L’augmentation de la production africaine a coïncidé avec la dévaluation du franc CFA. Elle n’a toutefois pas progressé dans tous les pays. En Afrique du nord la production n’a guère évolué depuis 1994/95, avec 380 000 tonnes, alors que la production en Afrique francophone passait de 600 000 à 900 000 tonnes. En Afrique australe et de l’est, la production est passée de 280 000 tonnes en 1994/95 à 460 000 tonnes en 2005/06.

     

    La progression de la production africaine est cependant principalement due à l’augmentation des surfaces consacrées à la culture du coton, et non à une augmentation des rendements (voir figure 1.6). Pendant les trois premières campagnes des années 80, le rendement moyen du coton en Afrique se situait à 336 kilogrammes par hectare, soit 78% du rendement mondial de l’époque (433 kilogrammes par hectare). À la fin des années 90, le rendement africain moyen était passé à 362 kilogrammes, mais il ne représentait que 63% du rendement mondial. Par ailleurs, ces trois dernières campagnes, le rendement moyen du coton africain restait pour ainsi dire inchangé à 369 kilogrammes par hectare, soit seulement 52% du rendement mondial (705 kilogrammes). Plusieurs raisons expliquent que les rendements en Afrique n’aient pas augmenté en même temps que le rendement mondial, notamment le manque d’accès aux intrants, l’insuffisance de la recherche et des systèmes de vulgarisation dans de nombreux pays, et le fait que l’irrigation est très peu utilisée en Afrique, alors que plus de la moitié des cultures mondiales sont irriguées.

    1.1.3-fr1-new 

     

    Source: ICAC

     

    Les surfaces consacrées à la production du coton en Afrique ont augmenté, passant d’une moyenne de 3,5 millions d’hectares pendant trois ans au début des années 80 (10% de la surface mondiale) à une moyenne de 4,9 millions d’hectares à l’heure actuelle, soit 14% de la surface mondiale. En Afrique de l’est et australe, les surfaces cotonnières sont passées de 1,9 millions d’hectares au début des années 80 à 1,1 millions d’hectares en 1993/94, avant de repartir à la hausse pour atteindre actuellement 2 millions d’hectares. Les surfaces consacrées à la culture du coton en Afrique du nord ont chuté, passant de 880 000 hectares au début des années 80 à environ la moitié à l’heure actuelle, alors que la production de coton dans les pays francophones affichait une progression impressionnante, passant de 670 000 hectares dans les années 80 à 2,4 millions d’hectares à l’heure actuelle. La dévaluation du franc CFA en 1994 a donné un coup de fouet à la production de coton en Afrique francophone.

     

    Les exportations de coton africain sont passées d’environ 600 000 tonnes au début des années 80 à quelque 1,6millions de tonnes à l’heure actuelle (voir figure 1.7). Les exportations en provenance d’Afrique du nord sont en recul et sont estimées à moins de 200 000 tonnes pour la campagne actuelle. Néanmoins, les exportations en provenance d’Afrique australe et de l’est progressent et atteignent près de 400 000 tonnes pour la campagne actuelle, et les exportations en provenance des pays francophones de la région devraient enregistrer un quasi-record avec 1million de tonnes. Le Burkina Faso est le plus gros exportateur africain avec 300 000 tonnes en 2005/06; le Mali arrive en seconde position avec 250 000 tonnes en 2005/06 tandis que le Bénin, le Cameroun et l’Égypte ont exporté plus de 100 000 tonnes. Au total, 30 pays d’Afrique exportent du coton alors que 37 en produisent. L’Égypte, le Maroc et l’Afrique du Sud sont les principaux importateurs avec, à eux trois, environ 160 000 tonnes.

     

    1.1.3-fr2-new 

     

    Source: ICAC

    En 2005/06, le plus gros marché pour les exportateurs de coton africains (comme pour tous les autres exportateurs) était la Chine, laquelle a absorbé entre un-tiers et la moitié des exportations africaines de ces dernières campagnes. L’Indonésie, le Bangladesh, le Viet Nam, la Province chinoise de Taïwan et la Thaïlande sont également des marchés non négligeables pour les exportations en provenance d’Afrique. L’Inde est devenue un importateur important ces dernières années, en particulier pour les cotons fins en provenance d’Égypte.