• back
  • 1.3.7-POLYESTER

  • header fr 
  • Polyester

    Chapitre 1- Le marché mondial du coton - Prix du coton

     
     

    La concurrence est au coeur de l’économie de marché. Le bois d’oeuvre est en concurrence avec le bois reconstitué et le plastique. Le café et le thé sont en concurrence entre eux et avec le lait, les boissons non alcooliques, les boissons en poudre, le jus d’orange, entre autres. Le cuivre est en concurrence avec les câbles en fibre optique. Le sucre est en concurrence avec les édulcorants à base de maïs et les édulcorants artificiels. Le cacao est en concurrence avec d’autres types de confiseries. Les céréales sont en concurrence les unes avec les autres ainsi qu’avec les oléagineux, et les exemples de concurrence dans les industries des produits de base naturels abondent.

    S’agissant du coton, la concurrence avec le polyester constitue un problème croissant car la technologie entraîne une diminution des coûts de production du polyester et permet une utilisation plus large des fibres chimiques. La production de l’ensemble des fibres autres que de coton est passée de 5 millions de tonnes en 1960 à 10 millions de tonnes en 1970, 16 millions de tonnes en 1980, 19 millions de tonnes en 1990, pour enregistrer ensuite un bond à 30 millions en 2000. La production de fibres autres que de coton était estimée à 37 millions de tonnes en 2006.

    L’utilisation du coton a progressé au rythme moyen de 4% par an de 1998/99 à 2006/07, comparée à une croissance démographique mondiale moyenne de 1,7% par an. La consommation de coton par habitant a augmenté pour atteindre le niveau record de 3,8 kilogrammes en 2005. Nombreux sont les facteurs qui influent sur la demande finale, y compris le revenu et les préférences des consommateurs, mais en tant que produit de base, le coton doit rester compétitif en termes de prix par rapport au polyester et à d’autres fibres chimiques. Les prix réels du coton ont diminué au fil du temps.

    La part de marché des fibres est dans une très grande mesure déterminée par le prix relatif des fibres. Pendant l’essentiel des années 80 et 90, les prix du coton étaient plus élevés que les prix du polyester, ce qui explique en partie le recul de la part de marché du coton sur cette période. Toutefois, depuis 1998/99, les prix du coton sont inférieurs aux prix du polyester. C’est la raison pour laquelle la consommation de coton a progressé au rythme moyen de 3,7% par an entre 1998 et 2006, contre une croissance moyenne de 1,5% par an pendant les deux décennies avant 1998 (voir figure 1.28).

     

    cc

     

    Source : CCIA

    Le rapport entre le prix du pétrole et le prix du polyester est source de fréquents malentendus. Nombreux sont ceux qui supposent que parce que le polyester est un dérivé du pétrole raffiné, toute augmentation du prix du brut entraîne une augmentation du prix du polyester. Cependant, les produits chimiques de base utilisés pour fabriquer le polyester ne représentent qu’une petite fraction du pétrole consommé, et chacun des produits chimiques peut se prêter à des usages multiples. Les produits chimiques utilisés pour fabriquer le polyester disposent donc de marchés distincts qui n’ont guère de corrélation avec les prix du pétrole. Par conséquent, les prix des fibres de polyester ne sont pas déterminés par le prix du pétrole et, en fait, d’un point de vue statistique, il n’y a pratiquement aucune corrélation entre le prix du pétrole et le prix des fibres de polyester.