• back
  • 3.2-PORTÉE ET VALIDITÉ D’UNE OFFRE DE VENTE OU D’ACHAT (BID)

  • header fr 
  • Portée et validité d’une offre de vente ou d’achat (bid)

    Chapitre 3 - Commercialisation du coton -Portée et validité d’une offre de vente ou d’achat (bid)

     
     

    L'exportateur qui souhaite faire savoir qu'une marchandise et potentiellement disponsible à un prix approximatif parlera d'idée de prix ou dira : nous proposons/offrons sous réserve de disponibilité ("subject to availability") ou si non vendu ("subject unsold"). L'acheteur comprend qu'il existe une bonne chance d'achter le coton en question si le prix indiqué est accepté. Bien que l'exportateur ne soit pas tenu de vendre, l'acheteur aura quelque raison d'être ennuyé si l'exportateur refuse de vendre sans aucune raison apparente (il cherchait simplement des informations sur les prix, par exemple).

    En revanche, en cas d'offre ferme ("firm offer", le vendeur s'engage à vendre si l'acheteur accepte son offre dans un délai "raisonnable". Le terme raisonnable étant sujet à interprétation, le vendeur doit donner les délais de validité de l'offre. Il en va de même des offres d'achat des acheteurs: elles doivent être précises. Sous réserve de réponse immédiate ("subject to immediate reply") signifie que la réponse doit être immédiate, mais le terme reste imprécis. Il vaut toujours mieux dire, par exemple, sous réserve d'une réponse ici avant 15h heure locale. Le choix des délais est fonction de la situation de l'exportateur et du type d'acheteur auquel l'offre est adressée. Les exportateurs désireux de vendre peuvent souhaiter tester plusieurs marchés en même temps. Si leurs stocks du coton en question sont limités, ils ne peuvent lancer des offres fermes multiples et offriront donc le coton sous réserve de disponibilité ou si non vendu. Ils peuvent aussi faire des offres fermes sur de courtes période à des acheteurs individuels par téléphone ou, comme c'est de plus en plus souvent le cas, par courrier électronique. Inversement, ils peuvent donner à un acheteur ou, plus vraisemblablement, à un agent, une journée entière pour travailler une offre, mais il faut toujours donner l'heure à laquelle l'offre expire.

    Les communications modernes permettent de échanges quasi instantanés, surtout grâce au courrier électronique et au commerce électronique, et les exportateurs peuvent contacter de nombreux acheteurs potentiels dans un laps de temps très bref. C'est non seulement le commerce qui est en train de changer, mais aussi la méthode et la terminologie. En revanche, ce qui ne changera pas, c'est que l'acceptation, verbale ou autre, dans les limites de temps de l'offre de vente ou de l'offre d'achat ferme, constitue un contrat ferme et contraignant. Les différends peuvent être soumis à arbitrage mais la meilleure solution consiste à s'assurer que le libellé des offres de vente ou d'achat soit clair et précis.

    Contre offres. En cas d'offre ferme, si un acheteur soumet une contre-offre à un prix inférieur, le vendeur est automatiquement libéré. L'offre n'est plus contraignante car l'acheteur l'a rejetée en soumettant une contre-offre. Si le vendeur rejette la contre-offre, l'acheteur ne peut plus revenir ensuite à offre initiale - la contre-proposition rend l'offre ferme caduque - à moins, bien entendu, que le vendeur n'accepte de la rétablir.