• back
  • 6.1.5-PROCÉDURES POUR L’IMPORTATION DE COTON AU BANGLADESH

  • header fr 
  • Procédures pour l’importation de coton au Bangladesh

    Chapitre 6 - Profils de marchés -Bangladesh    

     
     

    La procédure pour importer du coton au Bangladesh est relativement simple. L’importateur doit être enregistré en tant que tel auprès du Contrôleur des importations et exportations et doit détenir un certificat d’enregistrement à l’importation, généralement connu sous le nom de IRC (Import Registration Certificate), délivré par le Bureau du Contrôleur des importations et exportations. Ce certificat est renouvelable chaque année moyennant paiement d’un droit de renouvellement. Un permis d’importer du Ministère de l’agriculture est également nécessaire et est généralement délivré sans difficulté dans un délai de trois jours. Seul le coton en provenance des États-Unis doit être fumigé du fait de l’utilisation importante qui y est faite du coton génétiquement modifié et des produits chimiques. Le Bangladesh ne prélève aucun droit de douane sur les importations de coton.

    Les entreprises textiles importent principalement par le biais de sociétés de négoce internationales ayant des représentants à Dhaka qui agissent en tant que clients passant commande. Les entreprises désireuses d’acheter du coton leur communiquent leurs exigences et les représentants leurs font des offres qui contiennent toutes les caractéristiques et les détails sur l’origine et les prix du coton. La relation de longue date entre les acheteurs et ces clients passant commande pour la société de négoce fonctionne parfaitement. Ces derniers proposent à l’occasion de nouvelles sources de coton aux acheteurs, notamment d’Afrique. À titre d’exemple, Hanif Spinning Mills a acheté du coton de Zambie sur recommandation de Dunavant, une société de négoce internationale ayant des représentants au Bangladesh. Les noms de certains de ces agents et représentants locaux sont donnés à la fin de la présente section.

    Les importateurs bangladeshi suivent les règles et contrats de la International Cotton Association (ICA), à deux exceptions près. Lorsqu’ils importent d’entreprises d’État en Inde, ce sont les règles de la East India Cotton Association qui sont suivies. Les importations en provenance d’Égypte suivent les Alexandria Cotton Rules (règles du coton d’Alexandrie). Le paiement est réalisé par lettre de crédit.

    Les dispositions du contrat couvrent principalement la longueur de la fibre, le micronaire et la résistance du coton. D’autres caractéristiques, telles la teneur en neps, la charge (en d’autres termes la contamination), la teneur en sucre et la maturité peuvent causer de grosses difficultés mais ne sont pas couvertes par le contrat. C’est une des raisons pour lesquelles les importateurs préfèrent le coton provenant de sources établies car ils savent exactement à quoi s’en tenir. La décision d’achat est prise principalement sur la base du prix, même si d’autres paramètres sont aussi pris en considération.

    La plupart des filateurs du Bangladesh s’approvisionnent à 70% en Asie centrale, principalement en Ouzbékistan et au Turkménistan. Dix pour cent des importations proviennent des États-Unis, et les 20% restants d’Inde, du Pakistan, de la République arabe syrienne, d’Australie et de divers pays africains. Les filateurs reçoivent à l’avance des informations sur la fibre obtenues par le système HVI (High Volume Instrument).

    Tous les achats sont accompagnés de contrats pour qu’éviter tout malentendu entre l’acheteur et le vendeur sur les éléments suivants:

    • Qualité. À partir d’un échantillon ou d’une description du grade en précisant la fourchette de longueur de fibre, de micronaire, de Pressley (mesure de la résistance), l’uniformité, le pourcentage de fibres courtes, le pourcentage de déchets, le niveau de collage acceptable, etc.
    • Pourcentage d’échantillonnage à destination.
    • Procédure de règlement des litiges portant sur la qualité ou l’exécution des obligations contractuelles.
    • Responsabilité en cas de contamination ou de collage.
    • Prix selon la devise, le poids, le lieu de livraison et la période de livraison.
    • Tolérances par rapport au poids et aux caractéristiques.
    • Port d’expédition et port de destination, envois partiels acceptés ou non, transbordement accepté ou non, expédition en conteneurs ou en vrac.

    Les acheteurs bangladeshis préfèrent instaurer des relations à long terme avec quelques agents qui représentent des sociétés de négoce réputées dans différents pays exportateurs de coton.