• back
  • 6.4.6-RECOMMANDATIONS AUX EXPORTATEURS DE COTON DES PMA.

  • header fr 
  • Recommandations aux exportateurs de coton des PMA.

    Chapitre 6 - Profils de marchés -Indonésie  

     
     

    La clé du succès réside ici dans la qualité et la régularité de la qualité. Le coton africain représente actuellement 18% de la consommation en Indonésie. Pour que ce chiffre progresse, la première chose à faire est de s’assurer que les paramètres de qualité sont semblables à ceux des cotons d’Australie et des États-Unis largement utilisés en Asie. La régularité de la qualité doit aussi être assurée pour toutes les balles et tous les envois.

    En règle générale, les qualités de coton de différentes régions d’Afrique sont plus limitées que dans d’autres pays qui offrent une large gamme de cotons (de cotons à fibre courte à coton à fibre extra longue). Les cotons africains se limitent essentiellement à des mélanges pour filature à anneaux 30–40 (ne conviennent pas pour la filature à bouts libérés), des soies courtes et des soies super fines pour filature à anneaux 30–40 mélangées à du coton australien Andy et à de l’américain Fibermax (largement utilisés en Indonésie).

    Le coton africain est victime d’une contamination extérieure des balles de coton qui entraîne énormément de recours et de plaintes. Il est à cet égard considéré comme très inférieur aux cotons en provenance de pays développés tels l’Australie et les États-Unis. Le coton d’autres pays en développement tels la Chine et le Brésil est mieux considéré sur ce plan. Malheureusement, cette forte contamination des cotons africains, dont les caractéristiques de qualité sont par ailleurs comparables à celles des origines australiennes et américaines, sape leur compétitivité sur le marché indonésien.

    L’amélioration des caractéristiques de la fibre en termes de charge, de miellat, de collage et de contamination aiderait les cotons africains à rester compétitifs par rapport à leurs concurrents.

    De l’avis des filateurs indonésiens, des améliorations dans les cinq domaines suivants sont nécessaires pour améliorer la part de marché des cotons africains :

    • Évaluation par instruments. Les cotons africains sont vendus sur types – des types généralement nationaux – plutôt que sur description. Les utilisateurs actuels sur le marché international ont besoin d’une description concrète et de résultats d’évaluation par instruments, comme en fournissent les pays développés tels que les États-Unis et l’Australie. Les résultats des évaluations par instruments sont précis et fiables, ils ne laissent pas la place à la moindre subjectivité dans la détermination du grade et le classement. Si toutes les balles sont testées et que les données sont communiquées à tous les maillons de la chaîne, les évaluations par instruments donnent confiance à l’utilisateur final qui sait que les balles ont été correctement testées et classées. Les résultats des évaluations par instruments permettent aux filateurs d’utiliser le coton avec efficacité à un prix minimum. L’utilisation efficace du coton par les filateurs permettrait, par voie de conséquence, d’accroître la demande de coton. Qui plus est, les évaluations par instruments aideraient les sélectionneurs de semences elle cotonculteurs à suivre l’évolution de la qualité de différentes origines.
    • Respect des calendriers d’expédition. Il est important que les expéditions parviennent aux utilisateurs finaux en temps voulu. Les exportations de coton africain souffrent de l’insuffisance des infrastructures de transport terrestre entre les usines d’égrenage et les ports, du manque d’infrastructures portuaires et de stabilité politique.
    • Avaries terrestres. Bien souvent les balles en provenance d’Afrique arrivent avariées suite à un mauvais stockage et une mauvaise manutention. Les dommages causés par l’eau, les souillures par la latérite et la poussière, la présence d’huile, les balles noircies en surface et les balles dont l’habillage est déchiré sont autant de problèmes fréquemment rencontrés par les filateurs indonésiens dans les balles d’Afrique.
    • Compétitivité du prix. Il est important de veiller à la compétitivité des prix par rapport à ceux d’autres pays en développement tels le Brésil et l’Inde.
    • Dispositifs d’achat spot en Indonésie. Pour accroître la consommation de coton africain en Indonésie, des installations de stockage de différentes origines africaines pourraient être mises à la disposition des utilisateurs finaux pour permettre les achats spot.

    Si les mesures qui s’imposent étaient prises pour corriger les problèmes de qualité et de commercialisation susmentionnés, les exportations de coton africain pourraient considérablement augmenter en Indonésie.