• back
  • 6.2.1-STRUCTURE ET CARACTÉRISTIQUES DU MARCHÉ INTÉRIEUR DU COTON : VUE MACRO

  • header fr 
  • Structure et caractéristiques du marché intérieur du coton : vue macro

    Chapitre 6 - Profils de marchés -Chine  

     
     

    Depuis 1999, avec le développement de l’industrie textile chinoise, la Chine a enregistré une augmentation annuelle de 20% de sa consommation de coton. En 2006, la Chine était devenue le plus gros producteur, consommateur et importateur de coton au monde. Elle produisait un quart du coton mondial; sa consommation annuelle dépassait les 9 millions de tonnes, soit environ un tiers de la consommation mondiale totale; et les importations atteignaient 3,5 millions de tonnes, entre un quart et un tiers des importations annuelles mondiales.

    Le coton chinois détient une position clé dans la filière cotonnière mondiale. En Chine, le coton est la deuxième culture la plus importante après les céréales. L’industrie du coton est non seulement le symbole de revenus pour 200 millions de paysans, mais aussi du développement harmonieux et sain de l’économie nationale.

    Importance du coton dans les textiles chinois

    La consommation de coton de la Chine est dynamique et en constante mutation. Dans les années 60, 70, 80 et 90, la consommation annuelle moyenne de coton était de 1,6 millions de tonnes, 2,51 millions de tonnes, 3,85 millions de tonnes et 4,20 millions de tonnes respectivement. La principale raison de la lente croissance de la consommation de coton dans les années 90 était qu’à la fin des années 90 l’ensemble de la filière textile chinoise a connu une longue période de pertes et la consommation de coton a alors chuté. En 1997, la consommation de coton s’élevait à 3,14 millions de tonnes, alors que la quantité de coton consommée pour la fabrication de textiles n’était que de 3 millions de tonnes, le niveau le plus bas depuis 1983. Depuis le début du vingt-et-unième siècle, la consommation de coton de la Chine a connu une croissance rapide, passant de 5,33 millions de tonnes en 2000 à environ 10,50 millions de tonnes en 2006, soit une augmentation annuelle moyenne de près de 10%. Au regard des perspectives de développement de l’industrie textile chinoise, il est fort probable que la consommation de coton de cette industrie continue de croître dans les années à venir.


    fig 6.1 

    Coton national

    Le coton est cultivé un peu partout en Chine mais au cours des dernières décennies le pays est passé de plantations éparpillées à des plantations plus concentrées. Celles-ci ont diminué dans les régions qui ne se prêtent pas à la cotonculture et la production se concentre aujourd’hui essentiellement dans plus de 10 provinces des trois régions principales : nord-ouest intérieur,milieu et aval du fleuve Changjiang (Yangtze), et du fleuve Huang (Jaune). Pour les trois régions principales, le rendement de coton est respectivement de 35%, 30% et 35%.

    Principaux problèmes de la production de coton en Chine 

     

    Fortes fluctuations. Entre 1995 et 2006, la surface consacrée à la culture du coton en Chine s’élevait à 4,760 millions d’hectares, et son rendement annuel moyen était de 5,02 millions de tonnes. La zone plantée la plus vaste couvrait 5,69 millions d’hectares (2004) et la plus petite 3,726 millions d’hectares (1999), soit une différence de 1,964 millions d’hectares. Le rendement le plus élevé atteignait 6,73 millions de tonnes (2006) et le plus bas 3,83 millions de tonnes (1999), soit une différence de 2,90 millions de tonnes (voir figure 6.2). En Chine les surfaces plantées et les rendements fluctuent bien plus que dans le reste dumonde, ce qui exerce d’importantes pressions sur la circulation, la consommation et le contrôle macro national de la Chine.

     

    fig 6.2

     

    Variétés de coton. Les variétés de coton plantées sont nombreuses,mixtes et compliquées; l’approvisionnement en graines n’est pas uniforme et les variétés dégénèrent rapidement.

    Taille. Rares sont les cotonculteurs à grande échelle. La plantation, la gestion des champs, et le ramassage du coton graine sont essentiellement manuels, le niveau de mécanisation est faible et le ratio main-d’oeuvre/production est peu élevé.

    Marché intérieur du coton

    Depuis 1949, le marché intérieur du coton en Chine a connu le libre-échange, les achats et les ventes centralisés, les achats conventionnés et ordonnés, et l’économie de marché contrôlée. Les prix ont été tantôt librement négociés, tantôt imposés par le gouvernement, ou basés sur le marché avec contrôle de l’État.

    De 1954 à 1998, la Chine a imposé un système d’achats et de vente centralisés et de commandes contractuelles pour le coton. Pendant 45 ans, les prix d’achat et de vente du coton ont été fixés par le gouvernement central. Le prix fixé par le gouvernement central se divisait en deux parties : le prix d’achat et le prix de vente. Le prix d’achat était le prix payé aux cotonculteurs par l’organisme d’achat désigné par le gouvernement central (les entreprises de coton et de jute à tous les niveaux sous la tutelle de la Fédération chinoise des coopératives d’approvisionnement et de commercialisation) au moment de l’achat du coton aux cotonculteurs. Le prix de vente était le prix auquel l’organisme désigné vendait le coton aux entreprises textiles. À l’achat ou à la vente, le prix des différents grades et longueurs de coton était fixé par le gouvernement central.

     

    fig 6.3

     

    En 1999, le Gouvernement chinois a décidé de libérer les prix du coton, la filière cotonnière, et le marché du coton. Les prix de vente et d’achat du coton ont alors été fixés par les partenaires commerciaux en fonction de l’offre et de la demande. Le prix d’achat a alors chuté, alors que le prix de vente augmentait.

    Le gouvernement contrôle l’offre et la demande de coton (et donc aussi son prix) principalement par le biais d’achats et de ventes de coton réservé, de la gestion des contingents à l’importation et à l’exportation, et d’autres politiques de contrôle macro. Le gouvernement a abrogé toutes les autres mesures de contrôle de la production de coton; les conditions de la China Agricultural Development Bank (banque chinoise de développement agricole) sont les mêmes que celles des autres banques commerciales en ce qui concerne la fourniture de capitaux pour l’achat de coton.

    Qualité du coton produit et importé

    Pendant la saison de production chinoise normale, le coton de grande qualité qui pourrait être utilisé pour fabriquer du fil à titrage élevé ne représente pas plus de 25% de la production, l’essentiel étant produit dans la région de Xinjiang. La plupart du coton produit à l’intérieur du pays est de grade moyen et faible. Le principal problème du coton national est sa forte teneur en corps étrangers. Seul le coton de Xinjiang est épargné par ce problème, et c’est pour cette raison que son prix est généralement plus élevé que celui du coton de l’intérieur. Avec l’essor des exportations de textiles chinois, la demande de coton de grande qualité pouvant être utilisé pour produire des fils à titrage élevé et la demande de coton de moindre qualité (grade inférieur à 5) qui pourrait être utilisé pour la filature à fibres libérées ont augmenté dans les mêmes proportions. En ce qui concerne les importations de coton par la Chine, le coton en provenance des États-Unis représente aujourd’hui 47% de

     

    fig 6.4

    Offre et demande sur le marché intérieur

    En Chine, la récolte du coton graine à lieu de septembre à février. Les acheteurs de coton graine sont les usines d’égrenage, les vendeurs de coton et les négociants en coton. Les entreprises étrangères sont à présent autorisées à acheter du coton graine.

    Le volume de coton utilisé par l’industrie textile varie d’une saison à l’autre et en fonction des commandes de textiles reçues par les usines. La consommation de coton est généralement à son maximum en avril, mai, septembre et octobre. Du fait de l’augmentation rapide des importations chinoises de coton ces dernières années, le Gouvernement chinois a instauré un système de contingents tarifaires destiné à contrôler les importations de coton. La quantité et le calendrier des importations de coton en Chine dépendent des contingents fixés par le gouvernement à différents moments de l’année. Depuis 1999, date à laquelle le gouvernement a libéralisé le commerce du coton, le gouvernement n’est plus le principal acheteur de coton. Pour assurer un contrôle au niveau macro, le gouvernement a créé la China National Cotton Reserves Corporation dont la tâche consiste à acheter du coton et à gérer les réserves nationales. L’achat de coton de réserve concerne de la fibre de coton (nationale et importée).

    Exigences de qualité particulières de l’industrie textile nationale

    La Chine consomme du coton dans l’industrie textile, de la bourre de coton et d’autres types de coton. La bourre de coton est utilisée pour fabriquer des couvertures piquées, des tampons, des vêtements, des chaussures, des casquettes, des gants, etc. Du coton est aussi consommé dans le secteur médical, l’armée et l’impression de billets de banque.

    De 1960 au milieu des années 90, le coton pour l’industrie textile représentait généralement environ 85% de la consommation totale de coton, la nappe ouatée environ 12% et le reste 3%. À partir du milieu des années 90, la consommation de l’industrie textile est passée de 85% à 95% de la consommation totale, alors que celle de la bourre de coton et des autres cotons tombait en-dessous de 5%.

    Évolution des importations

    La Chine est le plus gros producteur et consommateur de coton au monde. Cependant, au début des années 90, l’industrie chinoise de la filature a connu un développement relativement rapide et la demande de coton dépassait alors l’offre nationale, d’où des importations massives. En 1994, les achats de coton de la Chine ont provoqué un relèvement des prix à terme à la bourse du coton de New York, lesquels ont été multipliés par sept. Après 1995, le rendement annuel chinois s’est stabilisé, mais du fait de la crise financière de l’Asie du sud-est, les exportations de textiles en coton ont chuté, la consommation de coton par l’industrie chinoise a reculé, tout comme les importations. Depuis 2000, les exportations de textiles se sont améliorées et le volume de coton consommé par l’industrie textile a augmenté année après année. En 2006, la consommation chinoise de coton atteignait 10,50 millions de tonnes, alors que les importations s’établissaient à 3,64 millions de tonnes.

     

    Tableau 6.1 
    Consommation de coton et volumes importés par la Chine, 2002–2006 
    Année
    Volumes consommés
    Volumes importés
    Rapport importations/
    consommation
    (en millions de tonnes)
    2002
    6.40
    0.176
    3%
    2003
    7.60
    0.873
    11%
    2004
    8.50
    1.97
    23%
    2005
    9.50
    2.57
    27%
    2006
    10.50
    3.64
    35%

     

    Les importations chinoises de coton ont été les plus élevées pendant les périodes suivantes : 1980–1983, 1989–1998, et ces dernières années. En 1980–1983, la Chine a importé au total 2,39 millions de tonnes de coton-fibre, plus de 17% de l’offre totale de coton sur cette période, avec des importations annuelles moyennes de 600 000 tonnes. Sur la période 1989–1998, le développement rapide des filatures a entraîne une augmentation de la consommation qui a alors dépassé la production chinoise de coton, et l’offre chinoise s’est alors resserrée. À l’exception de l’année 1993, où les importations étaient moins importantes, les importations ont été élevées. Pendant cette période, les importations totales de coton s’élevaient à 4,43 millions de tonnes, à raison d’une moyenne annuelle de 440 000 tonnes. Ces dernières années, du fait de la croissance rapide de l’industrie textile chinoise, la demande de coton a enregistré une augmentation marquée. La production chinoise a eu du mal à satisfaire la demande et les importations de coton ont progressé, atteignant 880 000 tonnes en 2003, 1,97 millions de tonnes en 2004, 2,57 millions de tonnes en 2005 et 3,64 millions de tonnes en 2006.

     

    French fig 6.5

     

    Lorsque l’économie chinoise était planifiée, les importations et les exportations de coton se heurtaient à un sérieux problème de “prix de vente trop bas et prix d’achat trop élevé” dû à la lenteur de la bureaucratie chinoise et à l’insuffisance des études approfondies sur le marché international. Lorsque les prix du coton sur le marché international étaient élevés, la Chine importait d’énormes quantités de coton. Lorsque les prix internationaux chutaient, de grandes quantités de coton étaient exportées. En 1995, la Chine a importé 663 000 tonnes de coton, alors que le prix du coton atteignait $E.-U. 1,16 la livre; en 2000, la Chine a exporté 293 000 tonnes de coton, et le prix mondial du coton (sur le marché à terme de New York) a reculé pour atteindre $E.-U. 0,282 la livre le 26 octobre 2001.

    Autre raison de cette inadéquation : les variations de l’offre et de la demande chinoise ont été bien plus importantes que la moyenne mondiale, et ont directement influencé l’offre et la demande sur le marché international du coton. Ces variations ont directement provoqué l’ascension et le déclin les plus marqués des prix internationaux du coton. Ces dernières années, avec l’internationalisation progressive du marché du coton chinois, les deux marchés et les deux sources se sont peu à peu intégrées. Le marché du coton chinois est devenu un élément important du marché mondial, et les fluctuations des prix internationaux du coton ne sont plus aussi étroitement associées à l’offre et à la demande de coton chinois. L’offre et la demande internationales sont devenues un facteur de poids dans l’évolution des prix mondiaux, y compris celui de la Chine. 

     

    fig 6.6